Comment réussir sa piscine à 42

C

Il y a un an jour pour jour, je franchissais le seuil de l’école 42 à Paris pour la première fois. Je me jetais à l’eau pour tenter ma chance dans l’épreuve de la piscine. Ce mois d’apprentissage en informatique a été un véritable maelström aussi bien intellectuel qu’émotionnel. J’ai barboté tant bien que mal jusqu’à la ligne d’arrivée pour enfin me retrouver sélectionnée.

Cet article décrit le fonctionnement de la piscine et fait part de quelques conseils issus de mon expérience personnelle à 42. On verra quelles considérations pratiques il faut prendre en compte, quelles connaissances il est utile d’avoir et comment se préparer mentalement à cette épreuve.

Qu’est-ce que l’école 42 ?

42 est un réseau mondial d’écoles d’informatique gratuites où l’on apprend à coder. Avec son excellente réputation auprès des entreprises, tous les étudiants de l’école 42 trouvent du travail au terme de leur cursus. Certains fondent même leur propres start-ups.

Bâtiment de l'école 42 Paris, photographié de nuit.
Bâtiment de l’école 42 Paris (source)

Ce qui fait la particularité de cette école, c’est sa pédagogie unique : il n’y a aucun professeur et aucun cours. La programmation informatique étant une discipline appliquée, l’apprentissage se fait en autodidacte et en peer-to-peer. Le cursus est composé de projets concrets à réaliser seul ou en groupe, chacun conçu pour explorer une notion particulière. Les étudiants se corrigent entre eux à l’aide de grilles d’évaluation. Des examens automatisés vérifient les acquis à intervalles réguliers.

L’école 42 offre aussi énormément de libertés : on peut la faire à son rythme. En effet, le campus de Paris reste ouvert 7j/7, 24h/24. Les étudiants peuvent donc s’organiser comme bon leur semble. Certains travaillent ou font d’autres études en parallèle.

Pourquoi 42 ?

Si c’est un apprentissage en autodidacte, on pourrait tout aussi bien apprendre de chez soi en regardant des tutos sur YouTube, non ?

Outre les conférences, partenariats et ateliers, le grand avantage de l’école 42, c’est avant tout les autres étudiants. On apprend ensemble, on s’enseigne, on se conseille et on se corrige les uns les autres. Chaque étudiant, quelque soit son niveau, est à la fois élève et professeur. Ce modèle nous plonge immédiatement dans une situation d’entreprise où chacun a ses responsabilités et ses qualités qui contribuent à l’ensemble. Avec ce modèle d’apprentissage en peer-to-peer, 42 nous prépare directement à la vie professionnelle : on apprend à être rigoureux, on prend goût à dépasser ses propres limites, on développe ses compétences relationnelles et on se forme un réseau professionnel pour l’avenir.

Evidemment, ce mode d’apprentissage n’est pas fait pour tous. Ce n’est pas toujours évident de gérer son temps et son apprentissage sans encadrement et sans enseignant qui transmet toutes les bases de façon méthodique. De plus, l’école 42 vise à former rapidement de nouveaux développeurs : le cursus se focalise donc sur le code. Certains préféreront plutôt un établissement traditionnel qui intègre plusieurs autres cours connexes pour acquérir un savoir plus global sur d’autres sujets d’informatique. C’est pourquoi, afin de savoir si les méthodes de l’école 42 nous correspondent, il faut passer par l’épreuve de la piscine.

Qu’est-ce que la piscine de 42 ?

La piscine, c’est un mois intensif de présélection pour accéder à l’école 42. C’est là qu’on se jette à l’eau et qu’on voit si on coule ou si on parvient à se maintenir à flot. Pendant ces quatre semaines, on code 7j/7 pour compléter des projets individuels, des projets de groupe, et des exams machine. Je peux dire avec certitude que je n’en ai jamais appris autant et aussi vite que pendant la piscine.

Cluster d'ordinateurs à l'école 42 Paris, où la piscine a lieu.
Cluster à 42 Paris.

Au delà de l’apprentissage intense, la piscine est aussi une expérience humaine. On rencontre d’autres piscineux aux passés très variés avec qui on discute, on s’entraide, on collabore et, malheureusement parfois, on s’entrechoque. Globalement, l’ambiance est très énergétique et bienveillante, et à travers cette expérience inoubliable, on ne manque pas de se lier de fortes amitiés.

La piscine est aussi le biais par lequel 42 discerne le niveau de motivation et le progrès de chaque piscineux au fil du temps pour sélectionner les heureux élus qui pourront alors poursuivre leur cursus au sein de l’établissement.

La piscine de 42, c’est pour qui ?

L’école 42 est fière d’ouvrir ses portes à tous, quelque soit l’âge, le sexe ou le niveau d’expérience, mais qu’en est-il en réalité ?

En tant que femme en reconversion à la trentaine, cette question me travaillait avant ma piscine. Je m’inquiétais de me retrouver au milieu de jeunes garnements tout juste sortis du lycée. Ça n’a été qu’à moitié le cas. Non seulement la plupart d’entre eux étaient matures et sympathiques, ils ne représentaient qu’une partie des piscineux que j’ai eu l’occasion de rencontrer.

L’autre partie était composée de personnes de tout âge : certaines étudiantes, certaines en reconversion, et certaines même à la retraite ! Il y avait de tout : des employés de la restauration, des comédiens, des musiciens, des professeurs d’école, des étudiants en droit, des gestionnaires de chambres d’hôte, des français, des étrangers… Tous venus pour apprendre à coder, que ce soit pour acquérir les compétences pour fonder leur startup, pour réaliser un projet particulier, pour atteindre leur rêve de devenir le prochain Bill Gates, ou simplement pour se procurer un emploi qui rapporte. Certains se sont même retrouvés là tout à fait par hasard, sans trop savoir à quoi s’attendre !

Alors justement, à quoi peut-on s’attendre à la piscine de 42 ?

Comment marche la piscine de 42 ?

42 est une école qui procède par itération, ce qui veut dire qu’elle est en constante évolution. Ce que je décris ici est donc à prendre avec un grain de sel, puisque le fonctionnement de la piscine pourrait avoir changé depuis la mienne en août 2021.

La piscine de 42 porte très bien son nom : dès les premières minutes, on se retrouve à patauger pour essayer de comprendre ce qu’on attend de nous. On ne nous fournit aucune information, aucun manuel, et l’équipe encadrante de 42 ne répond à aucune de nos questions.

Vous avez une question ? Demandez à votre voisin de droite. Sinon, essayez avec votre voisin de gauche.

Votre manuel de référence s’appelle Google / man / Internet / ….

« Devise » de 42, inscrite au début de chaque sujet de piscine.

Pour préserver cet esprit d’aventure et de découverte, cet article donnera une vue d’ensemble de la piscine de 42, sans trop en dévoiler…

Les modules

La piscine de 42 est centrée autour d’une collection de 16 modules composés de plusieurs exercices. Chaque module porte sur une notion particulière et chaque exercice sert de base au prochain. Au fur et à mesure des modules qu’on valide, on gagne des points d’expérience qui contribuent à notre niveau global. On débloque aussi les modules suivants, comme dans un jeu vidéo.

Le processus de correction des modules

Les modules sont validés selon un système de points de correction. On débute la piscine avec 5 points, et on doit en dépenser deux pour que deux autres piscineux aléatoires viennent nous corriger. Une fois notre module scrupuleusement inspecté par nos pairs, il est automatiquement testé par un troisième correcteur : la Moulinette. C’est un programme qui s’assure que notre code est fonctionnel et respecte bien la norme de 42. La Moulinette est une sévère maîtresse : à la moindre erreur sur un exercice, elle lui attribue automatiquement 0 et ne comptabilise pas les exercices suivants dans sa note finale. Cela veut dire que dans un sujet à 10 exercices, si on a bon aux trois premiers mais que le quatrième est faux, on aura une note de 30/100, même si les six exercices suivants sont bons.

Pour récupérer des points de correction, il faut à notre tour évaluer le travail d’autres piscineux. Pour cela, il nous suffit de poser des créneaux de correction pendant lesquels on est disponibles, et le système nous assigne quelqu’un qui veut se faire évaluer. Il n’y a aucun moyen de choisir qui nous corrige ni qui on doit aller corriger. Le système d’assignation des évaluations est aléatoire, ce qui fait qu’il nous arrivera sans doute de corriger quelqu’un de bien plus avancé que nous ! C’est tout à fait intentionnel : c’est une occasion d’échanger avec quelqu’un qui peut nous aiguiller dans un projet qu’on devra attaquer bientôt à notre tour.

Un conseil pour les modules

Les deux premiers modules disponibles, Shell00 et Shell01, portent sur les commandes du Shell et visent à nous familiariser avec le terminal et avec git, deux choses indispensables tout au long de la piscine et au-delà. Les sujets suivants, C00 à C13, se concentrent tous sur le langage de programmation C, avec lequel il faudra recoder des fonctions de base et créer de petits programmes.

Tous ces modules sont à effectuer à son propre rythme. Rares sont ceux qui les valident tous ! Lors de ma sélection, je n’étais arrivée qu’au 10ème module, C07. Il vaut mieux prendre son temps et bien intégrer les notions que de se précipiter et valider les modules trop rapidement sans tout retenir. Après tout, il faut pouvoir appliquer les notions apprises à travers les modules lors des examens hebdomadaires…

Les exams

Tous les vendredis, les clusters sont évacués et les machines relancées en mode exam pour une durée de 4 heures. Ces examens font appel à des notions vues dans les modules. La difficulté de chaque exercice est progressive, et on doit valider le premier afin de débloquer le suivant. Chacun d’eux rapporte un certain nombre de points pour arriver à une note finale sur 100. Bien sûr, la Moulinette corrige chaque exercice en temps réel. L’exam final qui se déroule le dernier jour de la piscine sur une durée de 8 heures, a le plus fort coefficient.

Exam machine pendant une piscine à 42 Paris.
Exam machine à l’école 42 Paris (source)

Ces exams sont l’occasion de tester ses connaissances et sa débrouillardise. Sans accès à internet ni à ses pairs, on a pas d’autre choix que de faire appel à ses propres acquis. Il est très commun d’avoir 0, surtout au premier exam : la procédure pour lancer l’exam n’est jamais expliquée ! Il ne faut pas s’en inquiéter ou se décourager, un 0 ne veut pas dire qu’on a perdu tout espoir d’être sélectionné, loin de là. Une mauvaise note n’est pas non plus éliminatoire : l’important, c’est surtout de démontrer la progression de son apprentissage et de se surpasser à chaque exam.

Le temps qu’on passe en examen n’est pas chronométré, on peut partir quand bon nous semble. Mais c’est une bonne idée de rester jusqu’au tout dernier moment, si on est pas arrivé à une note de 100. A pratiquement chaque examen à 42, il m’est arrivé de rester bloquée sur un exercice pendant plus d’une heure, prête à jeter l’éponge. Et au tout dernier moment, quand tout espoir est perdu, j’essaie une dernière chose et paf ! Ça passe ! Rester jusqu’au dernier moment, ça peut faire la différence entre une note moyenne et une bonne note.

Les rush

En validant les modules et les examens, on démontre notre capacité d’apprentissage, surtout dans un contexte autodidacte à 42. Mais lors de la piscine, 42 cherche aussi à voir nos compétences relationnelles, particulièrement lors des projets de groupe.

C’est en partie le but des rush, ces projets de groupe facultatifs du weekend. Le sujet et les groupes aléatoires sont dévoilés le vendredi soir après l’exam. On doit terminer le projet le dimanche avant 23:42. Tous les membres du groupe doivent être présents lors de la correction la semaine suivante. L’évaluateur d’un rush est un étudiant déjà à 42 ou un membre de l’équipe pédagogique.

Travailler en groupe

On ne choisit pas ses coéquipiers de rush, c’est un groupage aléatoire. On peut se retrouver avec un coéquipier bien moins avancé que nous, auquel cas il est primordial de prendre le temps de bien leur expliquer le fonctionnement du code et les concepts abordés. En effet, les évaluateurs notent le rush sur la plus mauvaise explication du code ! Pour cette même raison, si l’on se retrouve avec des coéquipiers plus avancés que nous, on se doit de les informer de ce qu’on ne comprend pas, pour qu’ils puissent combler nos lacunes. Il ne faut pas hésiter à reposer les mêmes questions si le point n’est pas complètement clair : leur note en dépend tout autant que la notre.

Les rush sont l’occasion d’en apprendre beaucoup en travaillant avec nos coéquipiers, et les sujets sont particulièrement intéressants. Le seul bémol, c’est qu’on risque de se retrouver avec des coéquipiers qui ne sont pas engagés et présents. Malgré cela, il vaut mieux les tenter et échouer que de ne pas les tenter du tout. Mais attention : il ne faut les tenter que si l’on compte y participer ! Ce n’est pas bien vu de s’engager sur un projet de groupe quand on sait très bien qu’on ne sera pas disponible le weekend…

Le BSQ

Le dernier projet de groupe de la piscine, à réaliser en binôme, s’intitule BSQ. Il se déroule la dernière semaine de la piscine et pour celui-là, on peut choisir son coéquipier. De par sa difficulté, peu de piscineux le tentent, préférant plutôt se concentrer sur leurs derniers modules et leurs révisions pour l’exam final. Mais le BSQ rapporte autant de points que l’exam final, et ceux qui le valide multiplient leurs chances de se voir sélectionnés.

Les TIG

La chose à éviter pendant la piscine, c’est le TIG : le travail d’intérêt général. Lorsqu’on se prend un TIG, notre session sur les postes de 42 reste verrouillée pendant 2 à 8 heures selon la gravité et le nombre de nos infractions. Pendant ce temps, on ne peut pas avancer sur nos projets, on doit effectuer des tâches à la discrétion de l’équipe pédagogique, comme nettoyer tous les 900 et quelques claviers ou aller réciter le règlement intérieur à tous les autres piscineux. En piscine, le temps, ne serait-ce que 2 heures, c’est quelque chose de précieux !

Pour éviter un TIG, il faut faire attention à bien lire le règlement intérieur, disponible sur l’intra. Il y a des règles importantes à 42 auxquelles on ne s’attend pas forcément, comme :

  • ne pas mettre de bouteille d’eau ou autre sur la table.
  • ne pas manger en cluster.
  • ne pas caresser/réveiller/déplacer le chat du campus de Paris, Norminet.
  • ne pas brancher ses écouteurs directement sur les prises jack des Macs (utiliser plutôt un casque bluetooth ou un adaptateur Jack-USB).

Ces règles existent entres autres pour préserver le matériel informatique mis à notre disposition. Lors de ma piscine, les protocoles sanitaires contre le Covid-19 étaient encore en place, et mal porter son masque ou aller dans le sens contraire de la circulation étaient aussi des motifs de TIG.

Quels sont les critères d’admission à 42 ?

Les critères de sélection de la piscine de 42 sont un secret bien gardé. Même les sélectionnés ne sont pas informés des raisons pour lesquelles ils ont été retenus. Cependant, vu que 42 cherche surtout à mesurer l’adaptation de ses candidats à son cadre pédagogique, on peut deviner que les facteurs suivants jouent un rôle dans le processus de sélection d’un candidat :

  • ses résultats d’examen, particulièrement sa progression au fur et à mesure des examens.
  • son niveau global en fin de piscine, visible sur l’intra et calculé par rapport aux modules et projets de groupe validés ainsi qu’aux notes d’examen.
  • sa motivation : son temps passé en cluster chaque jour et sa régularité.
  • son implication : sa participation aux projets de groupe et aux événements.
  • sa serviabilité : ses commentaires reçus et envoyés entre évalué et correcteur, ses votes de Voxotron (organisé les trois dernières semaines de la piscine, le Voxotron permet aux piscineux de voter pour les 10 piscineux qui les ont le plus aidé cette semaine-là).

Comment réussir sa piscine à 42 ?

Pour réussir sa piscine à 42, il faut être en mesure de donner son maximum. En prenant le temps de préparer sa piscine en choisissant un bon cadre de vie, en assimilant quelques connaissances préalables et en se mettant dans le bon état d’esprit, on met toutes ses chances de son côté.

Considérations pratiques pour la piscine de 42

L’école 42 reste ouverte 7j/7 et 24h/24. Cela nous permet de nous organiser comme bon nous semble et de venir travailler quand on le souhaite. Cependant, la piscine est une épreuve qui demande beaucoup de notre temps. Il est donc préférable de la faire à un moment où on est libre, sans autre engagement, même les weekends. Sur le campus de Paris, il y a des piscines typiquement en février, mars, juillet, août et septembre.

Les conditions en cluster pendant la piscine

Le bâtiment de 42 Paris contient trois étages, appelés clusters, chacun avec environ 300 ordinateurs. Pendant la piscine, deux de ces étages sont accessibles tandis que le troisième reste à disposition des étudiants. Comme on peut l’imaginer, avec tant d’ordinateurs et de piscineux dans une salle, les clusters peuvent vite devenir très bruyants. Pour avoir un peu de silence, écouter sa musique en travaillant ou entendre le contenu d’une vidéo, il faudra penser à apporter :

  • un casque anti-bruit,
  • un adaptateur Jack-USB, ou un casque bluetooth. (Il est interdit de brancher nos casques sur les prises Jack des ordinateurs pour éviter de les esquinter).

Pour bien retenir ce qu’on apprend, il est aussi important d’avoir un moyen de prendre des notes. Un carnet physique ou virtuel sous forme de google doc ou autre sera d’une grande utilité tout au long de la piscine.

Se loger et se restaurer lors de la piscine

Certaines vidéos montrent une grande salle transformée en camping improvisé le temps de la piscine. Lors de ma piscine, Covid oblige, il n’y avait aucune possibilité de dormir à 42. Mais ce n’est pas plus mal. Dormir à 42 n’était pas idéal, même à l’époque : on ne peut pas bien se reposer dans un tel vacarme. Un logement en construction en face de l’école de Paris, NOC 42, sera bientôt disponible aux futurs piscineux. Le mieux, si on habite loin de l’école, c’est de se loger chez de la famille ou des amis, ou encore de réserver un Airbnb.

Norminet, le chat de l'école 42 Paris, qui attend son repas au food truck dans la cour pendant la piscine.
Norminet, membre du staff de 42 Paris, qui attend son repas au food truck.

En ce qui concerne les repas, un food truck est disponible au sein de l’école 42 Paris ainsi que des distributeurs, un frigo et des micro-ondes. Les restaurants autour de l’école proposent aussi des réductions pour les étudiants et piscineux de 42.

Les langues parlées à 42

La plupart des piscineux parleront bien sûr la langue locale, à Paris, le français. Cependant, il est utile d’avoir des bases en anglais, vu que la documentation technique est généralement écrite en anglais. De plus, certains piscineux seront peut-être des étrangers qui ne parlent pas français mais qu’on devra tout de même corriger et avec qui on doit aussi tenter d’avoir des échanges fructueux.

L’intra et les sujets de modules, de rush et d’exams sont disponibles dans plusieurs langues. Cependant, la version en anglais est la version officielle. En cas de doute sur un sujet dans la langue locale, même en français, il faut aller vérifier le sujet anglais.

Compétences à acquérir pour préparer sa piscine à 42

Comme 42 l’indique, il n’y a pas de prérequis pour effectuer sa piscine. Mais cela ne fait pas de mal de se familiariser un peu à l’avance avec les concepts qu’on va confronter lors de la piscine.

La première chose à savoir, c’est que tous les claviers à 42 sont des QWERTY. Ceux qui sont habitués à des claviers AZERTY auront besoin d’un peu de temps et d’entraînement pour s’y ajuster !

Se familiariser avec Linux ou MacOS

Ma piscine à 42 Paris était l’une des dernières sous MacOS : les ordinateurs sont à présent tous sous Linux. Mais les autres campus seront peut-être sous MacOS. Ces deux systèmes d’exploitation marchent de façon similaire, et ce qu’on apprend sur l’un peut généralement se transférer à l’autre. Ce n’est pas le cas pour Windows. Pour ceux qui utilisent régulièrement Windows, il sera utile de se familiariser avec soit Linux, soit MacOS.

Dans tous les cas, inutile d’aller acheter le tout nouveau Macbook pro pour se préparer à la piscine ! Il est bien plus économique d’installer Ubuntu, une distribution de Linux facile à utiliser et gratuite, sur son PC, que ce soit en dual boot ou sur une machine virtuelle. On peut même simplement installer Ubuntu sur une clef USB et l’utiliser tel quel. Le site de la communauté francophone des utilisateurs d’Ubuntu propose des guides pour essayer ou installer ce système d’exploitation.

Se familiariser avec le terminal

Tout au long de la piscine, on devra utiliser le terminal de Linux ou de MacOS. Le terminal, c’est un programme qui nous fournit une interface textuelle pour donner des instructions au système d’exploitation. Le peu que j’ai appris du terminal grâce au jeu vidéo Hacknet m’a beaucoup aidée lors de ma piscine! En particulier, les compétences les plus utiles à avoir sont sans doute :

  • se déplacer sur le disque avec les commandes cd, pwd et ls.
  • créer et supprimer des fichiers et des dossiers avec les commandes touch, mkdir et rm.
  • visionner des fichiers texte avec les commandes cat, head, tail, less.
  • comprendre les redirections avec les chevrons >> et les pipes |.

Ceux qui se sont familiarisés avec le terminal et la syntaxe du Shell, le programme qui interprète et exécute les commandes que l’utilisateur renseigne dans le terminal, gagneront du temps au début de la piscine. C’est le sujet des deux premiers modules.

Ensuite, il est important de savoir manipuler des fichiers avec l’éditeur de texte en ligne de commande, Vim. Vim est particulièrement difficile à maîtriser, mais une fois qu’on le connait bien, on se rend compte qu’il est aussi très puissant et on apprend à l’aimer.

Se familiariser avec les bases du code

Pendant la piscine de 42, on apprend exclusivement le langage de programmation C. Il n’y a pas besoin d’en avoir une connaissance poussée. Cela dit, il est utile d’avoir quelques notions de programmation, que ce soit en C ou dans un autre langage. Les connaissances préalables qui m’ont particulièrement aidées sont les principes élémentaires :

  • les variables,
  • les fonctions,
  • les boucles while (les boucles for et do... while sont interdites en piscine),
  • les conditions if-else (les conditions switch-case sont aussi interdites).

Avec ces bases, on ne rencontrera pas trop de problèmes lors des premiers modules C de la piscine. Il faut garder à l’esprit qu’une bonne partie des piscineux n’ont jamais touché au code de leur vie et réussissent néanmoins à s’accrocher. L’apprentissage est rapide et on touche vite à des concepts plus poussés, mais cela reste tout de même abordable.

Pour voir se familiariser avec ces notions, la série de tutoriels Les bases du langage C sur Zeste de Savoir est une excellente ressource qui m’a beaucoup aidée au long de ma piscine. Pour ceux qui veulent aller plus loin, deux autres notions à aborder sont la récursion et les pointeurs.

Se préparer mentalement à l’expérience de la piscine

Pour réussir sa piscine à 42, il faut avoir et maintenir le bon état d’esprit. La piscine n’est pas un concours traditionnel. Pour mettre toutes les chances de son côté, il faut faire preuve non seulement de débrouillardise, mais aussi de solidarité, de persévérance et de résilience.

La piscine n’est pas une compétition

On pourrait être tentés de penser à la piscine comme à une compétition. Après tout, c’est un concours de sélection, non ? Mais tout comme 42 n’a rien d’une école traditionnelle, sa piscine n’a rien d’un concours classique.

L’école 42 ne nous place pas dans une situation de compétition contre les autres piscineux, bien au contraire. Le but n’est pas de dépasser les autres, mais de se surpasser soi-même. D’ailleurs, l’équipe pédagogique nous a souvent répété qu’il n’est pas inconcevable qu’une piscine entière se voit sélectionnée. Ce n’est encore jamais arrivé, mais cela démontre bien que chacun est évalué sur ses propres mérites par rapport aux standards de 42, et non par rapport aux autres candidats de sa piscine.

On ne réussit pas la piscine seul

La piscine, c’est avant tout une expérience collaborative. Il est difficile, voire impossible, de réussir la piscine seul dans son coin.

Événement dans la cour de l'école 42 Paris en face de la cantina.
La cour devant la cantina de 42 Paris.

A plusieurs occasions, on va se retrouver devant une impasse, un obstacle qui nous bloque et qu’on n’arrive pas à surmonter malgré nos tests et nos recherches. Le temps étant une commodité précieuse en piscine, on ne peut pas se permettre de rester bloqué sur la même notion pendant plusieurs jours d’affilée. A ce moment là, il faut mettre de côté sa timidité et son ego pour aller déranger ses voisins et leur demander un peu d’aide.

Demander de l’aide à quelqu’un, c’est aussi leur rendre service. Devoir expliquer quelque chose à quelqu’un, c’est le meilleur moyen de renforcer ses propres connaissances. C’est pourquoi il est aussi important de donner des coups de main aux autres pour les aider à assimiler quelque chose qu’on a bien compris.

De même, les évaluations sont des moments d’échange précieux tant pour le correcteur que pour l’évalué. Il faut à ces occasions prendre le temps de s’expliquer, d’être réceptif aux critiques et attentif au raisonnement de l’autre.

Evidemment, il va y avoir des moments où on veut se concentrer sans être sollicité de tous les côtés. Il est aussi important de parfois trouver une place loin de ses amis et mettre son casque antibruit. Ou encore faire une pause.

La piscine n’est pas un sprint, c’est un marathon

Un mois, ça passe très vite. La piscine ne manque pas de nous submerger de modules et de projets de groupe à compléter. Il ne faut pas pour autant voir la piscine comme un sprint. C’est bien mieux d’avancer à son rythme et de bien intégrer ce qu’on apprend pour pouvoir le reproduire en exam que d’essayer de tout faire le plus vite possible.

Il faut donc éviter de se comparer aux autres piscineux. Certains valideront les modules très rapidement. Ceux-là sont peut-être arrivés avec des connaissances plus poussées. Peut-être qu’ils trichent. Ou peut-être qu’ils passent des nuits blanches et 17 heures par jour à travailler.

Cette dernière stratégie est risquée. Contrairement aux ordinateurs, nos cerveaux ont besoin de repos pouvoir être aussi performants que possible pendant la journée. Le sommeil aide aussi à assimiler tout ce qu’on apprend. Et on se réveille souvent avec la solution à un problème qu’on avait la veille. Il vaut donc mieux faire des journées raisonnables, de 10 ou 11 heures grand maximum, puis de bien dormir. Sinon, on s’épuise vite. La piscine, c’est un marathon : il faut trouver un rythme stable qu’on peut maintenir du début à la fin.

Cluster de l'école 42 Paris.
Cluster à 42 Paris.

Le sommeil est aussi très important pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire. A 42, on se retrouve dans un endroit clos, en proximité immédiate avec beaucoup de monde. On se partage aussi des claviers, qui ont 20 000 fois plus de microbes qu’un siège de toilettes ! Covid ou non, il est très probable de tomber malade pendant la piscine, surtout si on ne dort pas assez. Depuis la crise sanitaire, 42 met aussi à disposition du gel antibactérien et des lingettes pour nettoyer les claviers. On se doit de les utiliser !

Apprendre à nager en eau profonde

La piscine de 42 nous plonge sans ménagement en eau profonde. On se sent souvent bête et dépassé, et chaque vaguelette semble insurmontable. Dès qu’on franchit le rouleau, on s’aperçoit que la piscine dans laquelle on pensait nager est en fait un lac. Et la prochaine vague révèle un océan encore plus vaste.

Dans ces conditions, il est facile de se démoraliser. La piscine est une épreuve intense ! Une fois pendant ma piscine, j’ai craqué sous la pression et j’ai dû disparaître dans les toilettes pour pleurer. Il n’y a pas de honte à l’admettre, je sais que je ne suis pas la seule. On se reprend, on se rend compte qu’on est pas seul, on demande de l’aide, et on continue.

Ce sentiment d’être dépassé ne disparaît jamais complètement. Il n’est pas limité à la piscine ni même à l’école 42. Il provient de la nature même du domaine de l’informatique, qui est en constante évolution. Pour réussir la piscine, puis le cursus de 42 et au delà, il faut apprendre à se sentir à l’aise en eau profonde, à apprivoiser l’inconnu et à se délecter de ce qu’on ne sait pas.

Un, deux, trois, on plonge !

Avant de faire le grand saut, on doit choisir notre campus. C’est le campus dans lequel on souhaite effectuer la piscine, mais aussi le tronc commun du cursus de 42. En effet, on ne peut se faire transférer vers un autre campus qu’après avoir validé le tronc commun. La liste des campus est disponible ici, sur le site officiel de 42. Certains campus très sollicités comme celui de Paris peuvent avoir de longues listes d’attente. Pour les femmes, cette attente est moins longue grâce aux efforts que mène l’école 42 pour les encourager à entreprendre une carrière dans l’informatique. Des places en piscine leur sont réservées en priorité.

Quel que soit le campus 42 où l’on choisit de s’inscrire, on doit d’abord passer deux tests en ligne. Le premier est un test de mémoire qui dure deux minutes. Le second est un jeu de logique de type Robozzle auquel il faut consacrer deux heures. Après les avoir réussis, on nous demande de compléter un check-in qui nous permet de confirmer notre volonté d’accéder à la piscine, de vérifier notre identité et de visiter les locaux de notre future piscine.

Badge d'accès à l'école 42 à Paris. Chaque étudiant et chaque candidat à la piscine en reçoit un. Au dos est inscrit le message "don't panic".
« Ne panique pas » au dos du badge d’accès à l’école 42 Paris.

Ensuite, il ne reste plus qu’à plonger la tête la première ! Que la pédagogie de 42 nous convienne ou non, qu’on soit pris ou non, on ne regrettera pas d’avoir participé à cette expérience inoubliable. Mais avec assez de motivation, de débrouillardise, de rigueur, d’entraide et de persévérance, on aura de bonnes chances de réussir sa piscine pour poursuivre son cursus à l’école 42. Ceux qui auront lu cet article jusqu’au bout et pris ces conseils à cœur seront sans aucun doute présents à la rentrée suivant leur piscine !

Bon courage à tous les futurs piscineux !

A propos de l'auteur

Mia Combeau

Étudiante à 42Paris, exploratrice du monde numérique. Je code ici à la norme de l'école 42, donc les boucles for, les switch, les opérateurs ternaires et plein d'autres choses me sont hors de portée... pour l'instant !

5 commentaires